Léo Gausson (1860-1944)

Esthétique : L'art, c'est l'harmonie. L'harmonie, c'est l'analogie des contraires, l'analogie des semblables, de ton, de teinte, de ligne, considérés par la dominante et sous l'influence d'un éclairage en combinaisons gaies, calmes ou tristes.

Les contraires, ce sont pour le ton, un plus lumineux (clair) pour un plus sombre. Pour la teinte, les complémentaires, c'est à dire un certain rouge opposé à sa complémentaire, etc. Pour la ligne, celles faisant un angle droit. La gaieté du ton, c'est la dominante lumineuse de teinte, la dominante chaude de ligne, les lignes au dessus de l'horizontale. Le calme du ton, c'est l'égalité du sombre et du clair de teinte, du chaud et du froid, et l'horizontale pour la ligne. Le triste du ton, c'est la dominante sombre de teinte, la dominante froide, et de ligne, les directions abaissées.

TECHNIQUE : Etant admis les phénomènes de la durée de l'impression lumineuse sur la rétine, la synthèse s'impose comme résultante. Le moyen d'expression est le mélange optique des tons, des teintes (de localités de la couleur éclairante : soleil, lampe à gaz, à pétrole etc.), c'est à dire des lumières et de leurs réactions (ombres) suivant les lois du contraste, de la dégradation, de l'irradiation ».

Georges Seurat, lettre à Maurice Beaubourg 28 août 1890
Retour / Return >