Les Tentes
_______________

La tente est un objet nomade, éphémère et fragile.
il interroge la notion de frontière et de limite.
il préfigure et instaure la notion de fondation.
il délimite de manière symbolique son propre territoire.

art contemporain, installation, exposition
Les tentes / 2021

... Plus >
art contemporain, installation, exposition
Les dépouilles / 2021

... Plus >
vacance, art contemporain, muséum, musée, vidéo, court métrage
Vacance / Muséum / Les tentes / Installation


Confinement / année 2021

Dans le contexte du confinement, mon travail s’est orienté vers une présentation dans des lieux extérieurs ou désertés ; l’inscription MUSEUM restituant la clôture symbolique du musée.

Sans public, le travail a consisté à la réalisation de courtes vidéos et de photographies accessibles en ligne et sur les réseaux sociaux… Déambulation dans un monde privé de représentation.


... Plus >
château de jossigny, journées européennes du patrimoine; 2020, marne et gondoire
Les tentes / Installation
Château de Jossigny (Seine-et-Marne)
Journées Européennes du Patrimoine / septembre 2020


Placée au centre de la cour du château de Jossigny, l’installation est constituée de sept tentes réalisées pour l’occasion. Située dans la cour du château, lieu chargé d’histoire, associée au rituel d’évènements culturels, l’installation provoque étonnement et interrogation. Objet, espace, nature se trouvent ainsi mis en demeure de cohabiter dans des associations paradoxales.

... Plus >
garden party, urbex, la chapelle, clairefontaine, lelia demoisy, nathalie junod-ponsard, vincent laval, juliette minchin, valérie arconati
“GARDEN PARTY, urbex”
Le château / La chapelle, Centre d'art contemporain
Clairefontaine-en-Yvelines
Exposition collective / Octobre 2020

Lélia DEMOISY
Nathalie JUNOD-PONSARD
Vincent LAVAL
Juliette MINCHIN

Commissaire : Valérie ARCONATI

... Plus >
Les tentes (archives)

Le concept de « tente » s’est imposé comme le meilleur moyen d’exprimer les notions de territoire et par ce fait de frontière et de limite. Faux readymade, constitué d’une membrane textile, la tente dans sa présentation, devenait par analogie le lieu d’un enfermement et d’une protection, circonscrivant un espace propre au sein de l’espace d’exposition. Un espace dans l’espace. Habité par le chant des oiseaux (sous la forme d’une bande son) le « son/oiseau » faisait résonner la perméabilité du territoire, le dépassement des frontières et la puissance esthétique du chant. Par glissement cet espace s’est révélé comme la métaphore d’un lieu de visibilité, comme le lieu de l’exposition dans l’exposition. Confinée derrière sa membrane la tente dévoilait un micro-espace d’exposition déployant les espaces autorisés du faire esthétique tout en interrogeant les lieux de légitimation.


Mairie de Lagny-sur-Marne / festival «La beauté sauvera le monde» / 2018

... Plus >
Seine-et-Marne / Festival «Art et Champagne» / juillet 2019

... Plus >
Les fondements

Ma démarche trouve son origine en mai 1982 dans la ville d’Ornans. Une peinture réalisée sur du polyane noir, roulée et enfermée dans un container hermétique a été enterrée sur le territoire de la commune d’Ornans. Titre de l’œuvre : « L’Enterrement à Ornans ». Travail référentiel mettant en relation différent niveaux de perceptions : l'œuvre de Gustave Courbet, la géographie, le territoire, le paysage, la peinture... Acte fondateur, cette performance initiait un projet développé depuis quarante ans. Depuis cette date, peintures, photos, vidéos, performances, installations, dessinent une interrogation sur la notion de territoire et d’espace d’exposition. Ce travail intégrant des pratiques multiples m’a conduit à réfléchir sur la notion de territoire attachée au monde animale et le moyen plastique d’en formuler la réalité. De là est née une pratique traditionnelle de peintre questionnant le concept de frontières et de limites.

... Plus >
enterrement à ornans, nicole bolard, martine derrier, jean-paul matifat, ornans, courbet, art, doubs, contemorain
Les oiseaux

Ce travail sur la représentation animale et plus particulièrement sur les oiseaux se caractérisait par un travail de représentation à la manière encyclopédique ou naturaliste associé à un travail sériel de modules destinés à des regroupements présentés sous forme d’installation. Chaque exposition devenant une nouvelle manière de faire territoire.

... Plus >
oiseaux, La maison des arts, Brunoy, Matifat